Augmentation / diminution du nombre de polynucléaires basophiles

Excès de polynucléaires basophiles dans le sang

 

Définition : la basocytose ou basocytémie ou polynucléose basophile utilise autant le % que la valeur absolue, peu pratique pour ce paramètre.

 

Valeur normale chez l’adulte :  < 0,15 G/L

Recommandation ISLH : vérification sur frottis sanguin si Nb > 0.5 G/L

 N° des polynucléaires basophiles avec les automates : souvent imprécise et perturbés dans diverses circonstances, et variablement selon les automates, principalement en présence de : cellules de lymphome du manteau, lymphocytes atypiques, myéloblastes, promyélocytes de LAM3, neutrophiles dysplasiques

 

Augmentation modérée : 2 – 5 %, sans ou avec hyperleucocytose

 

* états allergiques ou inflammatoires (dermatoses, asthme, réactions d’hypersensibilité immédiate)

* petite augmentation signalée dans de très nombreuses situations : hypothyroïdie, diverses maladies endocrines, colite ulcéreuse, arthrite chronique juvénile, infections virales (varicelle), administration d’oestrogènes, hyperlipémie, syndrome hyperéosinophile idiopathique, certains cancers, maladie de Hodgkin

 

Augmentation parfois forte ou très forte

 

* syndromes myéloprolifératifs:

                           - LMC : 3 à 10 %, parfois plus (augmentation du nombre = signe d’évolution péjorative)

                           - Splénomégalie Myéloïde : 3 – 5 %

                           - Maladie Vaquez, Thrombocytémie Essentielle : 2 – 3 %

                           - Mastocytose systémique

 

* syndromes myéloprolifératifs dysplasiques :

                          - LMMC : 2 – 5 %

                          - LMC atypique : 2 – 5 %

 

* Leucémies aiguës :

 

- rares cas de LA myéloïdes à basophiles : parfois avec chromosome Philadelphie ou translocation t(6;9)(p23 ;q34), ou LAM2 avec basophiles et autres anomalies chromosomiques

 

- autres LAM :

                      - associé à la trisomie 21, aussi bien la réaction leucémoïde transitoire que certaines LAM7

                      - LAM 4 avec anomalie du chromosome 16 : associée à des éosinophiles atypiques avec granulations basophiles

                      - LAM3 (parfois), LAM avec délétion 5q31q35 ou translocation t(9;14)

 

- quelques cas de LA lymphoïdes, évoquant la présence du chromosome Philadelphie (phase blastique inaugurale de LMC ?)

 

Remarque.

La signification biologique d'un nombre élevé de mastocytes dans diverses maladies lymphoïdes et myéloïdes comme dans les anémies réfractaires pourrait être reliée à l'acquisition dans le clone leucémique d'une mutation c-kit concomitante. Dans les leucémies avec délétion 5q, les gènes de cytokines dérégulés, comme ceux codant pour IL-3, IL-4, IL-5, et GM-CSF pourraient jouer un rôle dans l'expression du phénotype leucémique.

 

Diminution du nombre des polynucléaires basophiles dans le sang

 (basocytopénie)

 

Souvent difficile à établir :  - peu d’intérêt diagnostic

                                               - numération automatisée souvent entachée d’erreurs

Nombre < 0.05 G/L (en pratique zéro % de basophiles à la formule sanguine)

 

Principales cuirconstances :

                       - Stress aigu

                       - Maladie de Cushing

                       - Médicaments : administration de corticoïdes, d’ACTH ; parfois oesprogestatifs

                       - choc allergique, anaphylactique

                       - Urticaire chronique

                       - Hyperthyroïdie

                       - Infection [un Nb faible = risque de décès accru (mais difficile à définir en pratique); la diminution est liée au cortisol sanguin]

 

 

 

novembre 2011